Search:
A+  A-   Nous joindre

Environnements flexibles, élèves engagés

Pensez-y un instant : Où vous installeriez-vous pour lire un livre? Si la table de cuisine n’est pas votre première idée, c’est normal. Vous opteriez surement pour le divan ou dans votre lit... un endroit confortable qui vous permettra de vous plonger dans votre lecture.

Dans une salle de classe à environnement flexible, les élèves sont libres de choisir l’endroit qu’ils considèrent le plus approprié pour eux pour accomplir la tâche demandée. Ils peuvent marcher, s’allonger par terre, bouger, s’asseoir contre un mur ou sur un ballon de stabilité, être debout, etc. Les élèves sont encouragés à adopter différentes positions durant la journée ce qui a pour résultat d’augmenter leur motivation, leur niveau d’attention et, de ce fait, leur capacité à apprendre.

Adopter un comportement sédentaire pour plus de deux heures par jour peut nuire à la condition physique, à la confiance en soi et au rendement scolaire. – Actif à l’école

L'enseignante ou l'enseignant qui permet à ses élèves de changer de position ou d'endroit pour travailler favorise leur engagement face à leur apprentissage. Il arrive souvent qu’un élève décide par lui-même de changer de place après avoir réalisé qu’il n’est pas bien installé pour effectuer son travail, soit parce que ça lui prend plus de temps ou parce que la qualité de son travail est moins bonne, par exemple. L’élève ajuste alors son lieu de travail durant la tâche même ou la fois suivante. C’est d’ailleurs une source de fierté et de motivation pour l’élève. Il se sent responsable de son apprentissage et devient plus autonome.

Les bienfaits de l’aménagement flexible sont nombreux. En plus de contribuer au développement de compétences en résolution de problèmes, en pensée critique et en connaissance de soi, l’apprentissage dans un environnement flexible encourage la collaboration et l’entraide. De plus, parmi les enseignants ayant adopté un environnement flexible, nombreux sont ceux qui affirment passer moins de temps à faire de la discipline. Dans une salle de classe conventionnelle, une grande partie des interventions sont faites auprès d’élèves qui se promènent, qui se lèvent pour discuter avec des amis, qui sont mal assis, qui se balancent sur leur chaise, etc. « [Depuis que j’ai un aménagement flexible] les élèves sont plus engagée surtout quand ils travaillent. Il y a moins de cas de comportements, les élèves se sentent bien dans l’environnement car c’est leur environnement. » confirme Manon, enseignante au CSDCEO.

De façon générale, les salles de classes à environnement flexible ont une ambiance plus décontractée. On y retrouve une quantité et une variété de sièges pour accommoder les goûts des élèves. L’espace au sol est maximisé et les affiches sont posées au niveau des yeux des élèves. Il y a habituellement des espaces de rangement prévus pour le matériel des élèves. De plus, on favorise la lumière naturelle lorsque possible puis on intègre des plantes vertes. L’objectif de tout espace flexible est de créer un environnement où l’enfant se sent bien et engagé. Les environnements flexibles font leur apparition dans les écoles du CSDCEO depuis quelques années déjà.

Le saviez-vous? Les plantes vertes ont de nombreux bienfaits sur la santé, l’humeur et le rendement des enfants et des adultes.
Les résultats sont stupéfiants! – KidSmartSpaces.com (2016)

La flexibilité à la maison

Pensez intégrer le mouvement dans la routine des devoirs de votre enfant. Bien que le bureau ou la table de cuisine offrent un espace propice à l’écriture, un ballon de stabilité et une table ajustée à la grandeur de l’enfant ou debout au comptoir, par exemple, sont des options intéressantes. Un coin de lecture avec des coussin ou un « bean bag », quant à eux, sont parfaits pour lire ou étudier. Vous pouvez également prévoir un espace de rangement pour le matériel nécessaire aux devoirs situé à un endroit où votre enfant devra se lever pour aller y chercher ce dont il a besoin. De façon générale, un changement de position à toutes les 15 à 20 minutes est encouragé.

Contrer l’intimidation

Pour établir et maintenir un climat scolaire positif, sécuritaire et inclusif, il est nécessaire de prévenir les comportements intimidants, de mettre en place des interventions rapides et efficaces et d’outiller les élèves de tous les niveaux à agir s’ils en sont la cible ou le témoin.

84% des élèves du CSDCEO savent comment signaler une situation d’intimidation de façon confidentielle. 
Sondage du CSDCEO sur le climat scolaire (2017)

L’intimidation est un comportement irrespectueux, souvent répétitif, qui vise à causer de la peur ou du mal à quelqu’un. Ces comportements ont des conséquences néfastes peu importe la forme d’intimidation (physique, verbale, sociale ou matérielle) et la façon dont elle est faite (en personne ou par l’entremise des technologies de l’information et des communications – cyberintimidation).

De nos jours, le monde numérique est accessible à presque tous, presque partout, ce qui facilite la cyberintimidation. De plus, les victimes, les témoins et les collaborateurs étant invisibles, les conséquences de celle-ci sont donc souvent sous-estimées. Il est important de sensibiliser votre enfant aux conséquences de la cyberintimidation et de lui rappeler la grande portée du Web. Un comportement irrespectueux, qui se veut peut-être une simple blague au départ, peut prendre de l’ampleur presqu’instantanément dans un monde où l’auditoire est pratiquement illimité. Par exemple, si quelqu’un diffuse la photo d’une autre personne sur les réseaux sociaux, sans son consentement, dans le but de rire d’elle, cette photo risque d’être repartagée, vue et commentée par des centaines, voire des milliers de personnes, dans l’espace d’un instant.

81 % des jeunes pensent qu’il est plus facile pour l’intimidateur d’échapper aux conséquences de la cyberintimidation que lorsqu’il s’agit d’intimidation en personne. – dosomething.org (traduction libre)

Qu’ils se produisent en ligne ou en personne, les comportements intimidants affectent la personne ciblée, les témoins et l’environnement qui les entoure. Nous avons donc tous un rôle à jouer afin de les prévenir et de les stopper.

Les témoins détiennent un pouvoir particulier face aux comportements irrespectueux. En effet, si, par exemple, un élève participe, observe ou rit de la situation, il renforce le comportement intimidant. C’est pourquoi les témoins sont encouragés à demander d’arrêter à la personne qui a le comportement intimidant et à inviter la personne ciblée à les accompagner afin de les rassurer. S’ils ont demandé d’arrêter sans succès ou qu’ils ne se sentent pas en sécurité, ils doivent alors demander l’aide d’un adulte en qui ils ont confiance.

Les surveillants jouent également un rôle important dans la prévention des comportements intimidants et dans le maintien d’un climat scolaire positif. Que ce soit dans la cafétéria, les couloirs, la cour de récréation, aux gymnase, etc., les surveillants observent ce qui se passe et interviennent avant que se produise un incident.

Si un enfant dénonce un comportement intimidant ou inapproprié dont il est la cible, les adultes doivent prendre l’enfant ou le jeune au sérieux. Remerciez-le tout d’abord d’être venu vous en parler et demandez lui de décrire le problème. A-t-il demandé à l’autre d’arrêter? S’est-il éloigné calmement? Si l’incident est sérieux, consignez par écrit ce qui s’est passé et quand cela s’est produit. Prenez rendez-vous avec une ou un enseignant en qui votre enfant a confiance ou avec la direction de l’école. Par la suite, il est important de continuer le travail avec l’école et de maintenir une bonne communication, tant avec l’école qu’avec l’enfant, afin d’assurer l’efficacité de l’intervention.

« Face à l’intimidation, je m’arrête, je m’éloigne, je parle. »

C’est ce qui est enseigné aux élèves dès l’élémentaire. L’approche PCI (prévention du comportement intimidant) montre aux enfants qu’une situation d’intimidation peut souvent être prévenue et l’informe des moyens auxquels recourir si elle survient. En classe, votre enfant discute de ce que signifie « avoir un comportement respectueux » et apprend à faire la distinction entre « parler », dans le but de résoudre un problème, et « rapporter » quand l’objectif est de mettre l’autre personne dans le pétrin.

À l’intermédiaire et au secondaire, le programme « S’attendre au respect » (Expect Respect) vise à éduquer et habiliter les jeunes afin qu’ils deviennent des leaders qui sont en mesure de créer et de mettre sur pied des efforts contre l’intimidation à l’école et dans leur communauté. L’inclusivité et le respect des différences sont à l’honneur.

Votre enfant apprend également à faire la distinction entre l’intimidation et les conflits. Dès un très jeune âge, il comprend que chacun a droit à ses opinions et qu’il arrive d’être en désaccord. Chaque personne doit avoir la chance d’exprimer et de défendre ses propres idées tout en démontrant une ouverture face aux idées des autres. Cela dit, si une personne cherche à imposer ses idées par des paroles méchantes ou des gestes agressifs, par exemple, le conflit peut donner place à l’intimidation.

Durant son parcours scolaire, votre enfant développe, entre autres, des compétences liées à la pensée critique et à la citoyenneté mondiale. Il apprend à valoriser les différences de chacun, à former sa propre opinion tout en respectant celle des autres et à communiquer clairement. Accompagnées des notions acquises grâce aux divers programmes de prévention des comportements intimidants, ces compétences permettront à votre enfant de juger une situation et de prendre les bonnes décisions, tout au long de sa vie.

Tradition d'excellence membres du personnel 2017-2018

Voici le magazine Tradition d'excellence 2017-2018. Bonne lecture!

Numératie avec Brigitte

Pyramide avec Lynne

L'enquête avec Élaine

2018 © Tous droits réservés Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien - CSDCEO.
Politique de confidentialité |  Dernière mise à jour : 16 juillet 2018